Publicité

Actualité

Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé face à la presse après son retour de la Haye : : « Je ne suis pas d’accord, mais je suis sous le coup de la loi »

Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé face à la presse après son retour de la Haye : : « Je ne suis pas d’accord, mais je suis sous le coup de la loi »

Unite.ci : «Je ne suis pas candidat, car je suis condamné pour le moment à 20 ans par la justice ivoirienne »a déclaré Charles Blé Goudé, président du Congrès des jeunes patriotes (Cojep). Il s’exprimait à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animée ce mercredi 11 janvier 2023 à Abidjan-Plateau.


Selon lui, même si cette nouvelle, celle d’être un repris de justice l’empêche d’exercer ses devoirs civiques, il est un citoyen qui respecte les règles établies dans son pays. « Je suis respectueux de la loi, donc je l’accepte », dit-il. Avant d’ajouter : « Je ne suis pas d’accord, mais je suis sous le coup de la loi ».

Charles Blé Goudé estime que du haut de ses 51 ans, il est normal qu’il prenne part à la vie politique en se portant candidat à chaque échéance politique. « J’ai servi derrière, j’ai servi au milieu et maintenant je veux servir devant », a soutenu Charles Blé Goudé.

Et pour une participation active au jeu politique et en tant que président de parti (Cojep), Charles Blé Goudé a plaidé pour la levée de sa condamnation de 20 ans par la justice ivoirienne.

Selon lui, les élections en Côte d’Ivoire ne seraient pas entachées de violences si on réformait le mécanisme de composition de la Commission Électorale Indépendante (CEI). Car dit-il : « la façon de désigner le président de la CEI, n’est pas saine parce que les différentes parties choisissent selon leurs intérêts au détriment de ceux des populations.»

Il s’est saisi de l’occasion pour plaider auprès du chef de l’État, Alassane Ouattara pour la libération des militaires incarcérés lors de la crise poste-électorale de 2010, mais il a également, plaidé pour la libération de Pulcherie Gbalet présidente de l'organisation Alternative citoyenne ivoirienne (Aci) incarcérée à la MACA.

« Je plaide auprès du président Alassane Ouattara pour la libération de sa petite sœur, de sa fille Pulcherie Gbalet. Je sais qu’il peut le fait parce qu’il en a les moyens », a-t-il confié.

C / K.

La suite
Publicité

UPL-CI © 2016 Tous droits réservés