Publicité

Actualité

Côte d’Ivoire : Condamné à 20 ans de prison , 10 milliards d’amende…/ voici le film du procès contre l’ex-Maire, Noêl  Akossi Bendjo / Le témoignage poignant d’un témoin oculaire

Côte d’Ivoire : Condamné à 20 ans de prison , 10 milliards d’amende…/ voici le film du procès contre l’ex-Maire, Noêl Akossi Bendjo / Le témoignage poignant d’un témoin oculaire

unite.ci, Abidjan le 03 juillet 2019 : Cela s’est passé au tribunal de justice de première instance d’Abidjan. Un procès à nul autre pareil. Certains parlent de parodie  quand d’autres estiment qu’ils s’est agit tout simplement d’un déni de justice et rien d’autre. En tout cas, à l’analyse, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un procès purement politique aux allures d’un règlement de compte. Selon le récit d’un témoin qui a assisté au procès comme si c’était un délibéré à la minute, les chefs d’accusation portés sur un prétendu détournement de fonds et de blanchiment d’argent ne sont étayés d’aucune preuve notable et palpable. Lire plutôt le témoignage rapporté par un témoin présent au procès du mardi 02 juillet au parquet d’Abidjan. 

«J'ai honte de cette justice et j'ai pitié des juges. Oui, je ne savais pas que le dossier  Bendjo était inscrite au rang des affaires du jour. J'étais assis là en tant que témoin dans une affaire qui fait l'objet de Sept renvois. Au moins Sept renvois. L'affaire est là depuis Novembre 2018. C'est dans cette attente que j'ai entendu le juge dire: Affaire Ministère Public contre Noël Honoré Akossi Bendjo. J'étais surpris et j'étais en même temps content parce que j'allais suivre une affaire qui a beaucoup fait parler d'elle. Quelques temps après, j'ai vu un monsieur bien habillé. J'ai retenu son nom. Il a donné son identité. Il a dit Yapi Jacques. Il a ajouté qu'il était le maire intérimaire du Plateau. Un homme qui s'exprime très bien. Comme nos parents qui ont été très bien formés à l'école du temps d'Houpouet Boigny. C'est lui qui a porté toutes les accusations contre le Maire Akossi Bendjo. Étant comptable de formation et l'affaire concernant une question de détournement de deniers publics, il y a une question du juge président qui a retenu mon attention. Le juge a demandé au témoin monsieur Yapi: Avez-vous les preuves que des sociétés ont versé de l'argent et que cet argent n'a pas été reversé à la Mairie ? J'attendais une réponse précise. Parce qu'en tant que comptable, cette question est fondamentale en matière de détournement. La réponse du témoin m'a choqué. Non. Il a expliqué qu'ils ont fait des métrés des taxes d'occupation du domaine public et aussi des taxes publicitaires. Ils ont pris en compte les recettes effectives. Ils se sont ensuite dit que ce n'est pas possible que la Mairie se retrouve avec ce montant. Et pour eux, les recettes espérées moins les recettes effectives équivalaient à un détournement. J'étais assis là et je n'en croyais pas un seul mot. Je me suis dit que ce n'était qu'en même pas de cette affaire que l'on parle. L'affaire qui a fait couler beaucoup d'encre et de salive. Est-ce que c'est ce qui soutient vraiment la plainte ? Pour parler de détournement, il est important de dire qu'il y a eu des versements effectués qui n'ont pas été reversés dans les caisses de la Mairie. Monsieur Bendjo absent est poursuivi pour un détournement de 5 Milliards 142 Millions de Francs Cfa. Il est important que ceux qui ont versé ces montants soient connus et qu'en considérant les recettes effectuées l'on puisse valablement soutenir qu'il y a eu un détournement. En tant que comptable assis dans cette salle d'audience, je suis resté sur ma faim. Lorsque les deux Procureurs ont pris la parole pour leurs réquisitions, franchement, ma main sur le cœur, ils lisaient un papier. Ce n'est pas cela qui est scandaleux. Vous savez lorsque vous avez écrit un texte vous même, il y a de la conviction dans votre voix. Ici, j'ai entendu deux procureurs qui lisaient des documents qu'assurément ils n'ont pas écrit eux-mêmes. La dame procureure cherchait des mots dans son propre texte. Cela s'est produit au moins trois fois. Quand les réquisitions ont été prises, je m'attendais à un renvoi de l'affaire pour que les juges puissent étudier les faits pour rendre une décision après avoir discuté les différentes infractions. Et nous avons entendu le juge dire:"L'audience est suspendue pour quelques minutes. Nous allons nous retirer pour délibérer.J' ai appelé à mon travail pour dire que je n'allais pas y être. Pour moi le délibéré allait prendre au moins deux heures ou trois heures de débat entre les juges. J'étais dans la Salle-des-pas-perdus quand j'ai vu le juge président monter pour aller vers les bureaux des magistrats. Il était seul. Les deux juges qui l'assistent n'étaient pas avec lui. Je l'ai ensuite vu redescendre et quelques minutes après la sonnerie de reprise de l'audience a retenti. À peine 20 minutes de délibéré. Mais avec un détail important. Le juge président n'était pas avec les deux autres juges qui l'assistent. Je rentre dans la salle. Et j'entends la décision. Akossi Bendjo coupable des faits de détournement de deniers publics, de faux et usage de faux, blanchiment d'argent. Il est condamné à 20 ans d'emprisonnement. Confiscation de ses biens. Il y a une amende de 10 Milliards de francs qu'il doit payer. Etc... Après cela notre dossier a été appelé et a été renvoyé en Novembre 2019. C'est le 8ème renvoi. Le dossier de monsieur Bendjo a été appelé pour la première fois. Il y a eu les débats le même jour et la décision a été rendue immédiatement. Donc on peut vite juger les affaires dans ce pays là ou il y a quelque chose de spécial dans l'affaire de monsieur Bendjo? Je me demande à quel moment les juges ont délibéré ? Même quand tu veux être injuste, il faut savoir faire semblant. Franchement, la politique n'est pas une activité que je souhaite faire. Je ne veux pas être un homme politique. Mais si c'est comme ça que la justice doit fonctionner dans un pays, c'est que les citoyens et les entreprises sont en danger. Je suis rentré à la maison et j'ai dit à mon fils qui est en licence de droit et qui veut être Magistrat: abandonne ce projet. Deviens un avocat pour lutter contre l'injustice. Je ne veux pas que tu sois magistrat. J'avais honte de la justice. C'est normal de poursuivre un citoyen qui a détourné effectivement de l'argent. Mais ce que j'ai entendu à ce procès est une parodie de justice. Une justice aux ordres. J'ai honte vraiment de cette justice qui pue l'esclavage de ses acteurs. J'ai honte. Qu'Allah nous aide...Le pays va mal ».

La Rédaction

 

La suite
Publicité

UPL-CI © 2016 Tous droits réservés